Presse

Guimps: Les vendanges font de la résistance.

 

chainier h.JPG

Chez les Chainier, on vendange à la main et c'est tant mieux car ça fait venir les copains.

Chez les Chainier, viticulteurs sur les communes de Guimps et d'Arthenac, les vendanges font de la résistance:il y a quelques jours, alors que dans le vignoble les pressoirs ont été remisés depuis un mois, ils ont  récoltés l'équivalent de 70 ares qui donneront cette année environ 2000 cols de 50cl d'un vin liquoreux. A treize degrés d'alcool et à 80 grammes de sucre par litre.
«Lors de la canicule de 2003, on avait gardé quelques pieds de sémillon(1) qu'on a  choisi de vendanger tardivement» renseigne François Chainier qui exploite le domaine avec frère jumeau Patrick. Un essai concluant qu'il transformeront notamment en plantant en 2008 du gewurztraminer, un cépage alsacien réputé pour ce type de vinification(2). Avec des années de réussite et des années sans, comme en 2013 où la météo n'a pas permis la maturation nécessaire à la production. Car avec cette technique, c'est un peu la roulette: «Cette année par exemple on a sans doute un peu trop attendu et on a eu des pourritures grises» précise Patrick.
Ces vendanges, c'est aussi et surtout le plaisir de se réunir avec les copains qui viennent en famille chatouiller le sécateur une petite matinée.« Et de se faire une bonne bouffe» précise François. C'est enfin l'occasion de faire la fête pour l'anniversaire des deux frères qui, heureux hasard du calendrier, tombe pile poil sur cette période.

vendanges g h.JPG«D'un point de vue marketing on est sur un créneau très confidentiel, avec de petites productions quasiment uniques dans la région» indique Pierre Chainier, fils de François, neveu de Patrick et commercial de la famille. Après une licence pro "commerce en vins et spiritueux" obtenu en 2012 au lycée agricole de l'Oisellerie à La Couronne, le jeune homme s'efforce de faire découvrir une gamme qui comprend notamment la «cuvée des deux frères». Un assemblage original qui marie le sémillon et le Gewurztraminer, et réunit les deux Charentes du fait de sa récolte sur les communes limitrophes de Guimps et de Saint Eugène. Petit à petit, les vins liquoreux ont trouvé de fidèles habitués; Pierre les fait connaître notamment auprès des bonnes tables locales référencées: «Nous avons par exemple comme clients le Château de l'Yeuse à Chateaubernard, ou encore la Ribaudière à Bourg Charente» précise t-il. En mars dernier arrive même une véritable reconnaissance professionnelle avec l'obtention à Paris d'une médaille d'or au concours Anivin. Une distinction qui vient récompenser à la fois un travail de qualité et ce pari un peu fou d'avoir amené un bout d'Alsace en pays Charentais. Pas question pour autant de "prendre le melon", les tarifs restent raisonnables, de 7 à 14 euros le col de 50cl: il ne faudrait tout de même pas produire au final un vin  trop «liquonéreux»...

(1) cépage destiné en particulier à l'élaboration des pineaux et que l'on retrouve aussi dans le Sauternais.
(2) le gewurztraminer étant une appellation contrôlée, il est «humblement» dénommé cépage du nord-est de la France hors de son terroir